Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Message AU gouv.NE PAS UTILISER
Fardeau fiscal

Plus lourd pour les entreprises québécoises

Paru le | Catégorie: Message AU gouv.NE PAS UTILISER
||
|

Le Québec a le ratio net de charges fiscales provinciales pour les entreprises le plus élevé, selon un nouveau rapport du Conference Board of Canada, intitulé Comparaison des charges fiscales provinciales.

 

Faits saillants

  • Le fardeau fiscal provincial des particuliers dans toutes les principales fourchettes de revenus est plus élevé au Québec que n’importe où au Canada; les taxes de vente ajoutent au fardeau fiscal des particuliers.
  • Le Québec présente le ratio net de charges fiscales provinciales pour les entreprises le plus élevé.
  • Les impôts sur la masse salariale versés par les employeurs contribuent grandement à l’écart qui existe entre le Québec et les autres provinces en matière de charges fiscales provinciales pour les entreprises.

 

Ce rapport compare les charges fiscales provinciales selon le calcul de ratios de charge fiscale provinciale des entreprises et des particuliers. L’analyse repose sur des données allant jusqu’à 2011 en ce qui a trait à la fiscalité des entreprises et jusqu’à 2012 dans le cas des particuliers (données les plus à jour disponibles au moment où la recherche a été réalisée).

 

« Le taux d’imposition implicite sur le revenu des particuliers au Québec est plus élevé que dans toutes les autres provinces à tous les principaux niveaux de revenu », déclare Julie Adès, économiste principale. « Quant au taux d’imposition des entreprises, les impôts relativement élevés sur les bénéfices des sociétés et sur la masse salariale contribuent au lourd fardeau imposé aux entreprises québécoises. »

 

Le Québec présente le ratio net de fardeau fiscal provincial pour les entreprises le plus élevé pour chaque année de 2008 à 2011, période couverte par l’analyse. En ce qui concerne les impôts sur les bénéfices des sociétés, le Québec arbore un taux d’imposition relativement concurrentiel, mais le taux d’imposition des petites entreprises (8 %) est le plus élevé de toutes les provinces. Cependant, le gouvernement du Québec a baissé son taux d’imposition sur le revenu éligible à la déduction pour petites entreprises de 8 à 6 pour cent en juin 2014 et de 6 à 4 pour cent en avril 2015 pour les entreprises du secteur manufacturier.

 

De plus, dans son budget 2015-2016, le gouvernement du Québec a annoncé une baisse du taux d’imposition de 8 à 4 pour cent pour les entreprises du secteur primaire pour les années fiscales commençant après le 31 décembre 2016.

 

Les impôts sur les bénéfices des sociétés ne constituent qu’une partie du fardeau fiscal des entreprises. Les impôts sur la masse salariale contribuent grandement à l’augmentation de l’écart entre le Québec et les autres provinces en matière de charges fiscales provinciales.

 

Si l’on considère également la taxe de vente et les subventions provinciales, le Québec comble quelque peu l’écart. En ce qui concerne la taxe de vente, les entreprises québécoises doivent porter un fardeau moins lourd que dans la plupart des autres provinces. Le Québec octroie également aux entreprises un niveau élevé de subventions, ce qui rétrécit encore l’écart qui le sépare des autres provinces.

 

Tout comme pour les entreprises, les contribuables québécois ont le niveau de charges fiscales provinciales le plus élevé. Le fardeau fiscal moyen des particuliers dans les principales fourchettes de revenus est plus élevé au Québec que n’importe où au Canada. Le Québec a également un des ratios de charges fiscales les plus élevés en matière de taxes de vente provinciales payées par les particuliers, en proportion du revenu des ménages.

 

Contrairement aux résidents des autres provinces, les résidents québécois reçoivent un abattement de l’impôt fédéral. Puisque le Québec est la seule province à recevoir un tel abattement, le Conference Board en a soustrait la valeur du montant de la taxe provinciale payée par les résidents du Québec afin de fournir une comparaison interprovinciale plus précise des charges fiscales provinciales.

 

Ce rapport n’évalue pas la valeur ni la qualité des biens et services financés par les recettes fiscales des gouvernements. Toutefois, il est bon de noter que les Québécois profitent de services publics qui ne sont offerts nulle part ailleurs au Canada, comme un programme universel pour la garde d’enfants et des frais de scolarité très bas pour les résidents du Québec. En outre, le Québec est l’une des deux seules provinces (de concert avec la Colombie-Britannique) à avoir produit un budget équilibré en 2015-2016.

 

La fiscalité des entreprises comprend : l’impôt provincial sur les bénéfices des sociétés, les cotisations de sécurité sociale payées par les employeurs, les impôts sur la masse salariale, l’impôt foncier et les taxes de vente provinciales ainsi que les parties provinciales de la TVH.

 

La fiscalité des particuliers comprend : l’impôt provincial sur le revenu des particuliers, les cotisations de sécurité sociale payées par les employés, l’impôt foncier et les taxes de vente provinciales ainsi que les parties provinciales de la TVH.

-/-/-/-/-/-

À lire aussi dans Message AU gouv.NE PAS UTILISER