Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Message AU gouvernement

Les chiros et le décloisonnement des services

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

(R.I.) L'Ordre des chiropraticiens du Québec salue la décision de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Mme Danielle McCann, de déposer un projet de loi visant, notamment, à permettre aux infirmières praticiennes spécialisées (IPS) d'exercer de nouvelles activités jusque-là réservées aux médecins.

 

Le président de l'Ordre des chiropraticiens du Québec, le Dr Jean-François Henry, chiropraticien, a souligné que « ce geste de la ministre, attendu depuis plusieurs années, s'inscrit dans une suite logique d'une série de mesures qui auront pour résultat de faciliter l'accès aux soins de première ligne et donc d'optimiser les soins de santé pour l'ensemble de la population ».

 

L'adoption éventuelle de ce projet de loi permettra aux IPS de poser certains diagnostics, ce qui évitera bien des soucis aux patients, qui n'auront plus à consulter un médecin avant de voir leur problématique prise en charge. D'ailleurs, le Collège des médecins et l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec ont participé à l'annonce de la ministre. Cela envoie un message très clair sur l'ouverture de plusieurs ordres professionnels à collaborer dans l'intérêt des patients.

 

« Nous sommes rassurés d'entendre la ministre invoquer le décloisonnement des pratiques et la valorisation de l'interdisciplinarité pour justifier sa décision de déposer un tel projet de loi. Les quelque 1 400 chiropraticiens ont maintes fois offert leur expertise pour contribuer à ce décloisonnement et à cette bonification des soins de première ligne. La Cour d'appel a déjà tranché en 2005, dans un jugement unanime, de la légalité, pour les chiropraticiens, de poser certains diagnostics, confirmant ainsi que cette activité n'est pas exclusive aux médecins, alors qu'une loi vétuste datant de plus de 46 ans nous empêche encore de jouer un rôle optimal pour contribuer aux objectifs de la ministre », a rappelé le Dr Henry.

 

Rappelons que, depuis 2002, l'Ordre des chiropraticiens du Québec multiplie les efforts afin d'obtenir la modernisation de la Loi sur la chiropratique qui permettrait de réduire les obstacles et les étapes qui engorgent à l'heure actuelle le système de santé, tout en favorisant l'accès du patient au meilleur traitement selon ses maux et dans de meilleurs délais. La désuétude de la loi actuelle pénalise indûment le public en l'empêchant de bénéficier de l'étendue des services que pourraient leur offrir les chiropraticiens. « Après le domaine buccodentaire, les sciences appliquées, les pharmaciens et les IPS, nous espérons être le prochain groupe de professionnels à bénéficier d'une telle ouverture de la ministre, car nous sommes prêts à relever un tel défi », a conclu le Dr Henry.

-/-/-/-/-/-/-/-

À lire aussi dans Santé & Services sociaux LAG