(LCP) La députée Paule Robitaille de l’opposition officielle accuse les ministres hommes du gouvernement Legault de s’arroger les pouvoirs du ministère des Relations internationales que dirige la ministre Nadine Girault.

 

« Un des premiers gestes du gouvernement, ça a été, en octobre 2018, de passer un décret qui enlève des pouvoirs importants à la ministre des Relations internationales au profit du ministre de l'Économie », soulève-t-elle.

 

« Puis il y a le projet de loi 27 qui va encore plus loin : le ministre de l'Économie va planifier, coordonner, organiser, il dirigera même, dans certains cas, des responsabilités particulières des délégués généraux à l'étranger », ajoute l’élue libérale.

 

Aussi, durant l'étude de la Loi sur l'immigration, « on constatait que le ministre de l'Immigration allait en prendre pas mal large aussi à l'international », expose Paule Robitaille.

 

« Est-ce qu'après 50 ans d'efforts soutenus pour faire rayonner la nation québécoise dans tous ses champs de compétence à l'international, ce ministère qui était la personnalité rayonnante du Québec à l'extérieur de ses frontières, est en train de s'éteindre et de devenir une succursale du ministère de l'Économie? »

 

Renforcement

Selon la ministre des Relations internationales, qui prévoit présenter sa vision internationale du Québec « dans quelques semaines », le projet de loi 27 sur l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation « renforce » l'action de son ministère à l'étranger.

 

« En ce sens qu'il concrétise le rôle de coordination de toute l'action internationale à l'étranger, donc à la fois le rôle de coordination qui va être intégré du ministère de l'Économie, mais aussi de celui du ministère de l'Immigration », mentionne Nadine Girault.

 

« On parle vraiment d'un ministère des Relations internationales qui va se développer encore plus à l'international, qui va faire encore plus de coordination, qui rajoute des gens dans ses 33 délégations et dans les 18 pays, et qui travaille en synergie avec tous les ministères. »

 

La ministre rappelle aux libéraux que sa prédécesseure, la députée Christine St-Pierre, envisageait « d'en faire un secrétariat ».

-30-