Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Agences de placement de personnel

Un permis obligatoire dès l’an prochain

Paru le | Catégorie: Travail / Jobs LAG

(LAG) Le nouveau Règlement sur les agences de placement de personnel et les agences de recrutement de travailleurs étrangers temporaires entrera en vigueur le 1er janvier 2020. Contenant 50 articles, il a été publié hier dans la Gazette officielle du Québec.

 

« Un permis sera dorénavant obligatoire pour les agences de placement et les agences de recrutement. C'est la CNESST, Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, qui va gérer et administrer le régime de permis, et les agences auront 45 jours à compter de l'entrée en vigueur du règlement pour entamer les démarches », explique le ministre du Travail, Jean Boulet.

 

« Elles vont devoir satisfaire un certain nombre de conditions […] pour obtenir le permis, notamment en matière d'antécédents judiciaires, il y a plusieurs dispositions qui visent à s'assurer de la probité et de l'intégrité de ces agences-là », poursuit-il. Le permis pourra être suspendu ou révoqué s'il y a « violation ou non-respect » des conditions.

 

« Elles vont devoir, en ce qui concerne les agences de placement, fournir une caution de 15 000 $ pour assurer le paiement découlant d'obligations prévues à la Loi sur les normes du travail, et le coût annuel du permis sera de 890 $, et il sera valide pour une période de deux ans », dit le ministre.

 

« Les agences vont devoir remettre... ça m'apparaît extrêmement important... aux salariés un document détaillant les conditions de travail applicables au sein de l'entreprise cliente. Il est interdit, notamment pour les agences de placement, de prévoir des clauses restrictives d'emploi aux travailleurs au-delà d'une période de six mois suivant l'embauche par l'entreprise cliente. Donc, ce ne sera plus possible, aux agences, de dire ou d'empêcher à ces travailleurs d'aller travailler dans une autre entreprise », précise Jean Boulet.

 

Deux nouveautés

Le ministre aussi indiqué que deux obligations ont été ajoutées à la suite de la période de consultation sur le projet de règlement présenté au printemps dernier.

 

D’abord, l’obligation pour l'agence de recrutement de travailleurs étrangers temporaires de « s'assurer que, parmi ses salariés, toute personne qui conseille, assiste ou représente une autre personne à une demande d'immigration détient la reconnaissance requise par le Règlement sur les consultants en immigration ».

 

Et ensuite, l’obligation pour l'agence de placement de personnel dont le permis est annulé, suspendu ou révoqué « d'avertir les entreprises clientes afin d'éviter à ces dernières de contrevenir à la Loi sur les normes du travail ».

 

Mesures législatives

Par ailleurs, d’autres mesures législatives visant ces agences entreront en vigueur en même temps que le règlement, dont l'interdiction pour un employeur d'exiger des frais à un travailleur étranger temporaire autres que ceux prévus par un programme gouvernemental canadien ou de conserver des documents personnels ou des biens lui appartenant, comme son passeport.

 

Le gouvernement obligera aussi les employeurs à communiquer à la CNESST certains renseignements concernant les dates d'arrivée et de départ d'un travailleur étranger temporaire.

 

Il est également question de « responsabilité solidaire entre les agences de placement de personnel et les entreprises clientes pour les obligations pécuniaires découlant de la Loi sur les normes du travail à l'égard des travailleurs des agences ».

 

Enfin, la loi interdira à une agence de placement de personnel d'accorder à une personne salariée un taux de salaire inférieur à celui consenti au personnel de l'entreprise cliente qui effectue les mêmes tâches dans le même établissement, « si cette disparité salariale est fondée uniquement sur son statut d'emploi ».

-30-

Autres articles du jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019

jeudi 28 novembre 2019