(LCP) Le commissaire au développement durable reporte jusqu'en 2021 son évaluation de la mise en œuvre de la réforme du Fonds vert que lui réclame la Commission de l'administration publique.

 

« Nous jugeons qu'il n'est pas approprié, pour le moment, de donner suite à la demande de la commission », estime Paul Lanoie, en raison notamment d’un différend entre le ministère de l’Environnement et le Conseil de gestion du Fonds vert.

 

« Il semble y avoir des disputes concernant les rôles et responsabilités des deux intervenants majeurs », mentionne-t-il. « Donc, on va leur donner le temps de résoudre ça. »

 

À titre d’exemple, « des ministères et organismes doivent demander l'avis du Conseil de gestion du Fonds vert et du ministère pour certains projets, et c'est probablement possible que l'avis ne soit pas le même. Donc, que faire dans ces situations-là? »

 

Même chose concernant les rapports qu'ils ont à produire. « Ceux qui reçoivent des subventions doivent produire des rapports. Ils doivent les donner au Conseil de gestion ainsi qu'au ministère. Et, selon le document, donc, ce n'est pas exactement les mêmes exigences pour l'un et pour l'autre », illustre le commissaire.

 

« Nous ne pouvons que nous désoler de cette situation, et ce, d'autant plus que les objectifs du Fonds vert sont importants, que des sommes considérables sont en jeu et que les parlementaires ont manifesté un intérêt soutenu pour cet outil de développement durable. »

-30-