(LCP) En ce début d’année, le Commissaire au lobbyisme demande de nouveau une révision de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.

 

« En prenant appui sur notre Énoncé de principes, je souhaite que les parlementaires amorcent les travaux en vue d’une réflexion sur la nécessité de réviser la Loi », plaide Jean-François Routhier.

 

« Comme nous l’avons fait valoir à plusieurs occasions, l’actuelle Loi sur le lobbyisme est désuète, ne répond plus aux besoins de notre société démocratique et les citoyens méritent qu’elle soit revue », croit-il.


Le commissaire rappelle que son Énoncé de principes, déposé en juin à l’Assemblée nationale, présente notamment un « diagnostic » de la loi actuelle.

 

« Les problématiques contextuelles, conceptuelles et opérationnelles qui nuisent à l’interprétation et à l’application de la Loi y sont abordées. Le diagnostic établit notamment que la Loi n’a pas suivi l’évolution de la société québécoise et de ses institutions publiques », résume-t-il.

 

Le document énonce aussi 34 principes visant à établir un nouveau cadre de transparence des activités de lobbyisme. « Ce cadre se fonde sur la pertinence de l’information pour le citoyen, la simplicité et la clarté des règles applicables et l’efficacité d’opération pour les usagers. Tous les principes de l’Énoncé ont été construits en tenant compte de ces quatre principes directeurs. »

 

Jean-François Routhier souhaite que cet Énoncé de principes « favorise un fructueux dialogue social entre toutes les parties prenantes de l’encadrement du lobbyisme au Québec. À cet égard, j’invite toute personne interpellée par les propositions de notre rapport à exprimer son point de vue ».

-30-