Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Relations avec les Autochtones

Les ministres réagissent aux recommandations

Paru le | Catégorie: Autochtones

(LAG) La ministre responsable des Affaires autochtones reçoit avec « grande ouverture » les recommandations de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec.

 

« Nous sommes déterminés à travailler avec les Autochtones afin que tous aient accès à des services adaptés à leurs réalités », promet Sylvie D’Amours.

 

« Il faut que les Premières Nations et les communautés inuites, au Québec, sachent que jamais nous ne tolérerons quelque forme de discrimination que ce soit dans l'un ou l'autre des services publics qui leur sont rendus. Toutes et tous, où qu'ils se trouvent sur le territoire, quelle que soit leur origine, ont droit à la même qualité de services, au même respect et à la même dignité », affirme-t-elle.

 

Hier, le président de la Commission d’enquête, Jacques Viens, dont le rapport a été rendu public en matinée, déclarait qu’il était « impossible de nier » la discrimination systémique dont sont victimes les membres des Premières Nations et les Inuits dans leurs relations avec les services publics ayant fait l’objet de son enquête.

 

Pour le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, « tous méritent de se sentir en sécurité, d’avoir la même chance de s’épanouir et d’avoir droit à des soins de qualité ».

 

Lionel Carmant entend poursuivre sa collaboration avec ses partenaires autochtones « pour améliorer notamment les services de protection de la jeunesse afin qu'ils répondent mieux à la réalité et aux besoins des enfants autochtones et de leurs familles. C'est un enjeu prioritaire pour moi ».

 

Maintenant, dit Geneviève Guilbault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, « mes collègues et moi allons analyser attentivement le rapport et ses multiples recommandations et privilégier les moyens à mettre en place pour prévenir toute forme de discrimination dans la prestation des services publics ».

 

Protectrice du citoyen

Le porte-parole libéral en matière d'affaires autochtones, David Birnbaum, plaide pour la mise en place d’un mécanisme de suivi des recommandations avec la protectrice du citoyen ainsi qu'un échéancier pour la mise en œuvre de celles-ci pour s'assurer qu'elles ne tombent pas dans l'oubli. « La mise à jour économique prochaine du ministre des Finances, Eric Girard, sera l'occasion pour le gouvernement de démontrer une réelle volonté de déployer les ressources nécessaires », croit-il.

 

De son côté, la protectrice du citoyen, Marie Rinfret, « se dit ouverte au rôle qui pourrait lui être confié à l'égard du suivi de la mise en œuvre des appels à l'action. Elle précise que les modalités de ce rôle devront être discutées, notamment concernant la nécessaire implication des Premières nations et Inuit, et ce, afin que le Protecteur du citoyen puisse répondre adéquatement au mandat qu'il aurait à réaliser ».

 

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a fait savoir pour sa part qu’il réitérait « son appui et son ouverture à participer aux améliorations de ses pratiques liées aux réalités autochtones au sein du système de justice ».

 

Agir

La cheffe parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, presse le premier ministre de donner suite à « l'intégralité » des 142 « appels à l'action » prescrits par la commission d’enquête, et ce, en concertation avec les communautés autochtones.

 

« Les conclusions de la Commission Viens ne devraient surprendre personne. Depuis des années, nos soeurs et nos frères autochtones dénoncent la discrimination systémique dont ils sont victimes. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus détourner le regard. Ça va prendre pas mal plus que des excuses pour rétablir le lien de confiance entre l'État québécois et les Premiers Peuples et Inuit: à l'instar de Jacques Viens, j'appelle M. Legault à agir. »

 

Solutions systémiques

Pour le président Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Philippe-André Tessier, la discrimination systémique « est très importante à nommer », ce que fait la commission d’enquête, « car elle permet d'apporter des solutions systémiques aux nombreux enjeux qui touchent les Premières Nations et les Inuits au Québec ».

 

La CDPDJ rappelle qu'elle offre des séances de formation « sur les réalités et les droits des peuples autochtones et qu'elle pourra poursuivre ce travail en ciblant notamment les décideurs et les services publics ».

-30-

Autres articles du mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019

mardi 01 octobre 2019