Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Centres de détention et virus

Les libéraux veulent des réponses

Paru le | Catégorie: Sécurité publique

(LCP) La députée libérale Marie-Claude Nichols interpelle par écrit la ministre de la Sécurité publique à propos des centres de détention du Québec qui doivent aussi gérer la pandémie de COVID-19 avec les « réalités particulières » que sont les leurs.

 

« Malgré les quelques mesures mises en place, des éclosions ont rapidement eu lieu, mettant en danger tant les détenus que les agents correctionnels et autres professionnels dans le milieu carcéral. La ministre a annoncé avoir mis en place certaines mesures, mais force est de constater que celles-ci n’ont pas été suffisantes pour calmer la situation », affirme l’élue.

 

« Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec dit craindre pour la sécurité de ses membres tant à cause de la pandémie, qu’à cause du climat de violence dans certains établissements. Est-ce que la ministre peut nous indiquer quelles mesures ont été mises en place pour augmenter la sécurité des agents de la paix et autres professionnels dans les établissements depuis le 13 mars dernier? »

 

Cette question, écrite cette semaine par la députée dans le feuilleton de l’Assemblée nationale, devra être répondue par la ministre Geneviève Guilbault. Sa réponse sera ensuite déposée au parlement.

 

Cette dernière indiquait mercredi que l'accès à des équipements de sécurité et l'implantation des mesures de santé publique n’étaient pas un enjeu dans les centres de détention.

 

Elle signalait cependant que 31 membres du personnel de l'Établissement de détention de Montréal ont été infectés. « Mais, dans l'ensemble du réseau carcéral, ça se déroule relativement bien pour l'instant », a-t-elle assuré.

 

« Il pourrait y avoir de nouvelles éclosions, on ne fait pas d'aveuglement volontaire. Ce sont des milieux d'hébergement fermés. Donc, comme d'autres milieux d'hébergement fermés, ils sont à risque. Des fois, ça peut être plus difficile, là, physiquement, dans certains secteurs, d'avoir de l'éloignement. Il y a des gens plus vulnérables aussi pour toutes sortes de raisons. »

 

La ministre rappelle aussi, tel qu'annoncé la semaine dernière, que les sorties à des fins médicales sont désormais permises. « Ça va permettre de réduire sensiblement la population carcérale. Donc, c'est une des nombreuses mesures qui sont mises en place pour essayer de limiter au maximum la propagation, conjugué aux équipements de protection contre les infections, conjugué aux mesures de distanciation, d'hygiène, conjugué aussi au fait qu'on avait interdit les visites, qu'on fait en sorte que toutes les activités, là, juridiques et autres se déroulent à distance, là, à travers la visioconférence », a-t-elle énuméré.

-30-

Autres articles du vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020

vendredi 15 mai 2020