(LAG) Alors que l’opposition presse le gouvernement depuis des mois afin que les clients dont les voyages ont été annulés en raison de la pandémie puissent être remboursés, les compagnies aériennes font aussi valoir leurs doléances auprès des instances gouvernementales, selon le registre des lobbyistes.

 

Air Canada a entamé des démarches au début de l’été pour sensibiliser le ministère du Conseil exécutif « à l'impact sur l'industrie du transport aérien des restrictions gouvernementales de voyages (fédérales et provinciales), des fermetures de frontières et des exigences de quarantaine ».

 

On souhaite ainsi « l’élaboration d’une orientation afin que ces restrictions soient assouplies de façon progressive et ciblée pour permettre la reprise sécuritaire des déplacements aériens ».

 

Parmi les lobbyistes inscrits au registre, on retrouve David Rhéault, un ancien conseiller politique de l’ex-premier ministre libéral Jean Charest, de 2005 à 2006. Ce mandat est actif jusqu’au 31 décembre.

 

Mesures fiscales

Parmi les mandats toujours actifs au registre, la société Transat a inscrit ses démarches pour « l'adoption d'orientations et de programmes qui tiennent compte de l'impact économique de cette pandémie sur l'industrie du voyage et du transport aérien ».

 

Elle cite en exemple des mesures fiscales pour favoriser le maintien en emploi de travailleurs et des orientations soutenant les politiques de modification et d'annulation des agences de voyages comme Vacances Transat, notamment dans l'administration du Fonds d'indemnisation des clients des agents de voyages.

 

L’ancien ministre libéral des Finances de 2009 à 2012, Raymond Bachand, fait partie de la liste des lobbyistes inscrits dans le dossier de la société.

-30-