(LCP) Le Conseil canadien des innovateurs, qui réunit au Québec une vingtaine de PDG à la tête d’entreprises technologiques en expansion, veut convaincre le gouvernement de moderniser le processus d’appels d’offres en créant des appels à solutions dans le but d’encourager plus d’entreprises québécoises à collaborer avec lui.

 

« En développant un processus d’appels à solutions, en collaboration avec l’ensemble des parties prenantes de l’industrie, le gouvernement pourra mieux choisir les solutions les plus adéquates qui répondent à ses besoins et ainsi permettre à d’autres joueurs de l’industrie d’offrir des solutions innovantes », explique l’organisation.

 

Cette requête se retrouve dans son mémoire déposé mardi par le président de la Commission des finances publiques, Jean-François Simard, dans le cadre de l’étude détaillée du projet de loi 37 visant principalement à instituer le Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec.

 

Il s’agit également d’un mandat inscrit dans le registre des lobbyistes. Outre le Conseil du trésor, le Conseil canadien des innovateurs veut notamment plaider sa cause auprès du ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur, du ministère de la Justice et celui de la Santé et des Services sociaux.

 

Selon le registre, le CCI demande aussi au gouvernement de déterminer des « cibles précises sur les contrats octroyés à des entreprises en expansion québécoises versus ceux octroyés à des grandes entreprises, souvent étrangères, qui ne possèdent pas de sièges sociaux au Québec. Ces données importantes permettraient au gouvernement de mieux connaître et mieux utiliser l’expertise des entreprises locales ».

-30-