Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Lacunes dans les services publics

La protectrice du citoyen lance un appel à l’action

Paru le | Catégorie: Gouvernement & Fonction publique

(LCP) La protectrice du citoyen dénonce l’immobilisme des autorités lorsqu’il s’agit de corriger certaines lacunes soulevées au fil des ans dans les services publics québécois.

 

« Les lacunes ont été décelées, décrites, dénoncées. Les solutions sont identifiées, approuvées, planifiées. Les autorités en sont au stade de passer à l'action. Et puis le temps passe. Rien ne bouge », se désole Marie Rinfret.

 

« Le passage à l'action est trop souvent reporté quand il s'agit d'améliorer les services publics, voire de leur accessibilité », constate-t-elle. « Dans l'intervalle, des personnes, parfois parmi les plus démunies, subissent les conséquences des délais. »

 

Marie Rinfret cite en exemple le ministère de l’Éducation et le mécanisme de traitement des plaintes du réseau scolaire québécois.

 

« Sa procédure est lourde. Elle comporte trop d'étapes et elle n'est pas assez transparente. En 2017, j'ai publié un rapport spécial à ce sujet. Par la suite, le ministère a fait savoir que des travaux étaient en cours pour déposer au plus tard en décembre 2019 un projet de loi qui faciliterait le traitement des plaintes et préciserait le cadre juridique de l'institution du protecteur de l'élève au Québec. À ce jour, aucun projet de loi n'a été présenté », illustre-t-elle.

 

« Pourtant bien des améliorations auraient pu être apportées au mécanisme de traitement des plaintes par la voie administrative tout simplement », soumet la protectrice du citoyen.

 

« L'accès à un médecin de famille est une autre problématique qui n'est toujours pas réglée. Des personnes s'inquiètent de rester sur des listes d'attente pendant plus d'un an, parfois deux. Ce sont là quelques exemples parmi d'autres. »

-30-

Autres articles du vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020

vendredi 25 septembre 2020