(LCP) Québec solidaire juge scandaleux que de hauts fonctionnaires et des dirigeants de sociétés d’État puissent gagner des centaines de milliers de dollars par année, alors que plusieurs travailleurs au Québec gagnent le salaire minimum.

 

« J'ai rencontré des gens qui, à l'âge de 60 ans, travaillent encore, encore au salaire minimum, 12,50 $ de l'heure, 23 000 $ par année. Ce matin, je me lève, j'ouvre le journal puis j'apprends qu'il y a 114 employés de l'État qui gagnent plus que le premier ministre. Ça m'a choquée », a commenté sa cheffe parlementaire, Manon Massé.

 

« Dans notre société, il y a différentes fonctions, il y a différentes responsabilités, il y a différents salaires », soulève le premier ministre, François Legault. « Je comprends qu'il y en a qui aimeraient mieux qu'on vive dans une espèce de système communiste, où tout le monde gagne le même salaire, mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. »

 

On veut les meilleurs

Selon lui, on doit attirer les meilleurs à la tête de l’État québécois. « Pour avoir les meilleurs, il faut offrir une rémunération qui est comparable à ce que ces personnes pourraient gagner dans le privé ou ailleurs dans les autres États autour du Québec », croit-il.

 

« C'est insultant pour les gens qui gagnent moins d'argent et qui travaillent tout aussi dur », de l’avis du député Vincent Marissal. « Ça sous-entend que ces gens-là ne sont pas meilleurs et ne peuvent pas donc bénéficier de salaires décents. »

 

Salaire de la cheffe

Le premier ministre se demande si sa collègue, Manon Massé, est à l’aise de gagner un salaire d’environ 130 000 $. « Moi, je pense que la responsable de Québec solidaire a des responsabilités importantes, qu'elle mérite ce salaire, puis il faut arrêter de faire de la petite politique avec ça », a-t-il lancé.

 

« C'est une diversion », juge Vincent Marissal. « Comme on dit en chinois, «nice try». Mais ce n'est pas de ça dont il est question ici. Il est question ici de gens qui sont nommés, dans une tour d'ivoire, par le premier ministre et ses ministres banquiers, financiers, qui accordent des salaires totalement indécents. »

-30-