Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Message AU gouvernement fédéral

Concernant l’assurance-médicaments publique

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

(R.I.) La FTQ, la CSN et la CSQ félicitent la nouvelle ministre fédérale de la Santé Patricia Hajdu pour sa nomination et désirent lui rappeler les engagements du Parti libéral lors de la dernière élection, à savoir de mettre en place un régime d'assurance médicaments public et universel pour toute la population canadienne, comme le recommande le rapport fédéral du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d'un régime national d'assurance-médicaments.

 

« Madame la Ministre, nous vous demandons d'agir rapidement, trop de citoyens et citoyennes souffrent parce qu'ils ne peuvent se procurer leurs médicaments faute d'argent. En 2016, pour le Québec seulement, c'est 9 % de la population qui n'a pu prendre sa médication. Par ailleurs, un régime public et universel ne peut qu'être rentable pour les finances publiques. Toutes les études démontrent qu'avec un régime public et universel d'assurance médicaments, le Québec économiserait de 1 à 4 milliards de dollars par année. Alors, imaginez les économies qui pourraient être réalisées pour l'ensemble du pays », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

 

Par ailleurs, le Canada est le seul pays de l'OCDE avec un régime qui exclut une couverture pour les médicaments d'ordonnance. L'accès aux médicaments ne doit pas être un luxe.  « Personne ne devrait avoir à choisir entre renouveler une ordonnance ou payer l'épicerie ! Les primes des assurances collectives privées augmentent chaque année plus vite que les hausses de salaire… Et que dire du fait que deux Québécois qui entrent dans la même pharmacie avec la même prescription vont ressortir avec deux factures très différentes, selon que l'un soit assuré au régime public du gouvernement et l'autre avec un des régimes privés d'assurance médicaments ? Ces situations sont inacceptables et les conséquences, bien réelles sur l'équité dans l'accessibilité aux médicaments », ajoute le président de la CSN, Jacques Létourneau.

 

Au Québec, le régime hybride public/privé a fait son temps. Tout en respectant les compétences provinciales, Ottawa a tout à gagner en instaurant un régime entièrement public et universel. Une telle mesure réduirait les coûts de santé non seulement pour les gouvernements, mais aussi pour les travailleurs et travailleuses et les employeurs. C'est toute la population qui en profiterait.

 

« La coexistence du régime public parmi divers régimes privés nous prive d'un pouvoir d'achat et de négociation auprès des compagnies pharmaceutiques en plus de créer d'importantes inégalités dans l'accessibilité aux traitements. Au cours des dernières années, les primes d'assurance médicaments ont explosé, on parle d'une augmentation de 5 à 8 % par année, ce qui est beaucoup plus rapide que les salaires des bénéficiaires. L'instauration d'un régime entièrement public et universel pourrait réduire le prix des médicaments de 20 à 40 %. En somme, le régime hybride québécois n'est plus adéquat, il menace même plusieurs de nos protections sociales », conclut la présidente de la CSQ, Sonia Éthier.

-/-/-/-/-/-/-/-

Rappel : Au début d’un article (LCP) signifie que c’est un texte signé Le Courrier parlementaire© et (LAG) annonce un texte de L’Actualité gouvernementale©. Au début d’un article (R.I.) et à la fin de l’article -/-/-/-/-/- indiquent un texte/article que nous avons repris intégralement.

Autres articles du jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019

jeudi 21 novembre 2019