Visitez

LCP

Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

L'Actualité gouvernementale Le dimanche 26 février 2017

Environnement et Énergie

Aires protégées ; marché du carbone ; autos électriques

Pas moins de 69 des 183 projets d’aires protégées soumis au ministère de l’Environnement pourraient tomber à l’eau. Il semble que ces aires entrent en conflit avec des droits industriels déjà concédés qui ont donc préséance. L’approbation de tous ces projets permettrait pourtant au Québec d’atteindre son objectif actuel de couvrir 12 % de son territoire, lequel objectif doit grimper à 17 % dans trois ans. Sur le territoire du Plan Nord cependant, où on vise 20 % d’aires protégées, le résultat actuel se situe à 11 %. (Avec Le Devoir)

 

L’avenir de la bourse du carbone est-il menacé ? Il se pourrait bien que oui. Contestée devant le tribunal en Californie, cette bourse pourrait disparaître si la Chambre de commerce de l’État gagnait devant la Cour d’appel. La Chambre ne conteste pas la validité et l’utilité du marché du carbone auquel le Québec participe. Elle dénonce la méthode des enchères utilisée par le gouvernement californien pour mettre ses unités en vente. Il s’agirait d’une taxe déguisée, plaide l’organisme. Le tribunal va se prononcer ce printemps et la cause pourrait bien rebondir devant la Cour suprême. Une victoire de la Chambre de commerce pourrait même entraîner des pousuites contre l’État de la Californie et le Québec par les entreprises qui ont acheté des unités. (Avec La Presse canadienne)

 

La clientèle d’Hydro-Québec, donc à peu près tout le monde, a bien réagi aux mesures de la société d’État pour améliorer ses services. Le taux de satisfaction qui avait baissé à 85 % en 2015, est remonté à 91 %. Le temps d’attente pour se faire répondre au téléphone a été largement réduit. Les clients peuvent aussi passer par la page Facebook d’Hydro. Les heures d’ouverture des centres d’appel ont été prolongées. (Avec Le Journal de Québec et de Montréal)

 

Le ministre de l’Environnement en a une. Une voiture électrique. Mais il est le seul membre du conseil des ministres à être passé à l’électrification des transports pourtant une priorité de son gouvernement. Parmi les députés, seulement deux auraient abandonné la voiture à essence. Martine Ouellet, maintenant indépendante, et Mathieu Traversy du PQ. Et autour du parlement et des édifices gouvernementaux voisins, pas de bornes de recharge, malgré des stationnements de plusieurs centaines de places. La cible de 100 000 voitures électriques d’ici 2020 risque d’être difficile à atteindre. Le nombre actuel étant sous les 14 000. En Norvège cette ambitieuse cible a été atteinte, surtout parce qu’acheter une voiture à essence coûte cher en taxes punitives. Au Québec on procède avec des mesures d’encouragement, 8 000 $ d’aide aux acheteurs, 14 000 $ en Ontario. (Avec Gilbert Lavoie du Soleil.)

-30-