Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

Retour

Article du

Ce qu'ils et elles ont dit:

Sur la Journée internationale des femmes

Paru le | Catégorie: Autres

La ministre Hélène David et d'autres parlementaires s'expriment sur la Journée internationale des femmes, célébrée aujourd'hui.

 

La ministre de la Condition féminine, Hélène David: «(...) Même si d'importantes avancées ont été accomplies au Québec au cours des dernières décennies, la lutte pour l'égalité pleine et entière des femmes demeure un sujet d'actualité. Les femmes représentent la moitié de la population québécoise, pourtant elles sont sous-représentées entre autres dans les postes décisionnels, notamment au sein des conseils d'administration, et dans les institutions politiques. Nous devons également poursuivre nos efforts, notamment pour contrer la discrimination systémique et assurer l'autonomie économique des femmes. Aussi, il reste du travail à faire pour éliminer la violence, particulièrement la violence sexuelle dont les femmes sont les principales victimes. Il faut soutenir les victimes et changer les mentalités.

 

L'égalité entre les femmes et les hommes est une valeur fondamentale de la société québécoise. Les femmes et les hommes devraient pouvoir contribuer à égalité à l'essor socioéconomique et culturel du Québec. Je rappelle que le gouvernement du Québec est présent pour soutenir les femmes et les aider à relever les défis auxquels elles font face. Pour cela, notre gouvernement a déposé, la stratégie gouvernementale pour l'égalité entre les femmes et les hommes vers 2021, la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016‑2021, et la stratégie d'intervention pour prévenir et contrer les violences à caractère sexuel en l'enseignement supérieur. (...)

 

2017 a été une année déterminante, historique et charnière dans l'évolution des rapports hommes-femmes. À nous tous et toutes de faire en sorte que cette évolution confirme et institue des rapports plus sains, plus égalitaires, et ce, au bénéfice de toute la société, mais particulièrement des jeunes, filles et garçons, à qui l'on se doit de transmettre les valeurs de respect qui nous sont si chères. Bonne Journée internationale des femmes 2018.

 

Carole Poirier, députée du Parti québécois: (..) J'ai une pensée pour toutes celles dont on ne parle pas beaucoup et souvent qui sont mises à l'écart, les femmes des minorités visibles, les femmes immigrantes, les lesbiennes, les transgenres, les femmes démunies qui vivent dans la pauvreté, les mères de famille monoparentales qui trament dur pour leurs familles et pour leurs enfants, les femmes qui conservent dans leur corps des gestes de violence jamais révélés, les femmes violées, abusées par des proxénètes, les travailleuses au salaire trop minimum, les enfants abusés par des proches, qui garderont les stigmates tout au long de leur vie comme une cassure jamais réparée, (...), des femmes autochtones dont on remet en question la parole lorsqu'elles ont été victimes de gestes violents, des femmes itinérantes qui subissent l'isolement dans la peur nuit après nuit, des femmes qui subissent du harcèlement au travail, des femmes qui n'auront pas le droit à la nomination promise et surtout très méritée, parce qu'elles n'acceptent pas les gestes déplacés d'un supérieur.

 

Au nom de toutes ces femmes et de toutes les autres, la Journée internationale des femmes est encore nécessaire afin qu'on prenne acte que l'égalité n'est pas encore réalisée. Dénonçons, agissons. Toutes ici nous sommes venus pour changer les choses. À nous d'être à la hauteur des espoirs de celles qui réclament d'être des personnes à part entière et surtout des femmes qui ne craignent plus les violences et qui pourront marcher dans nos rues sans subir les assauts, parce qu'elles sont des femmes. Mesdames et messieurs les députés, changeons notre société. Et les hommes et les femmes du Québec nous en seront reconnaissants.

 

Lise Lavallée, députée de la Coalition Avenir Québec: (...) Au Québec, l'égalité entre les hommes et les femmes est une valeur fondamentale. Pourtant, encore trop de femmes au niveau salarial gagnent encore moins que les hommes. Beaucoup trop sont victimes de violence, notamment à caractère sexuel et trop peu sont représentées dans les hautes sphères décisionnelles. (...)

 

Malheureusement, encore aujourd'hui, trop de femmes sont manipulées, exploitées, violentées. On n'a qu'à penser à nos jeunes filles qui sont actuellement recrutées dans des réseaux de prostitution, un sujet d'actualité qui nous démontre qu'encore beaucoup de travail reste à faire. Face à cette triste réalité, nous devrons un jour avoir le courage d'affronter cette réalité avec toute la détermination dont nous sommes capables. Mesdames, (...) en cette année électorale, la politique a besoin de vous, de votre présence, de votre compétence, de votre implication. Une place vous attend. Osez! (...)

 

Gabriel Nadeau-Dubois, député de Québec solidaire: (...) Ma collègue de Sainte-Marie—Saint-Jacques, (...) m'a demandé de prendre la parole. Elle me l'a demandé en me disant que le combat du féminisme ne se ferait pas seulement au féminin. Elle me l'a demandé en me disant que ce combat concernait la société québécoise au complet. Parce que la lutte féministe, ce n'est pas une affaire de femmes, c'est un combat pour une meilleure société. (...)

 

Cette année, le thème de la journée du 8 mars, c'est Féministes tant qu'il le faudra!, parce qu'il le faudra encore longtemps et de manière combative. C'est Simone de Beauvoir qui disait : «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis.» (...) quand on s'attaque au filet social québécois, on s'attaque en tout particulier aux femmes. Voilà une des raisons, et il y en a beaucoup d'autres, pour lesquelles la Journée internationale des femmes est toujours et restera pour longtemps d'une actualité et d'une pertinence totale.

 

(...) À la veille des élections, voilà peut-être une manière avec laquelle nous pourrions, comme parti politique, contribuer, c'est-à-dire s'assurer de la parité dans les candidatures et la députation lors de la prochaine législature. En terminant, il faudrait bien sûr dans les sphères de décision, mais aussi beaucoup de choses, une meilleure conciliation travail-famille, notamment une lutte acharnée aux violences sexuelles. Il faut tout ça, il faut encore plus. Bref, il faudra être féministes tant qu'il le faudra. Merci.  (Extrait du Journal des débats du jeudi 22 février 2018)

-/-/-/-/-/-/-/-

Autres articles du jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018

jeudi 08 mars 2018