Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

Retour

Article du

Message AU gouvernement

Sur l’abolition du poste de Commissaire à la santé

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux

En adoptant le projet de loi 150, le gouvernement fera disparaître définitivement le poste de Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE). Ce serait une erreur, déplorent les intervenants du milieu de la santé et des services sociaux réunis en collectif autour de 15 grandes solutions visant à assurer la pérennité du système de santé. Ils déplorent que le gouvernement ait fermé la porte à toute consultation sur cette décision lourde de sens. Rappelons que cette fonction avait été créée par le premier ministre, Philippe Couillard lui-même, alors qu’il était ministre de la Santé et des Services sociaux, en 2005.

 

« Gérant plus de la moitié du budget de l’État, le ministère de la Santé et des Services sociaux doit être suivi de près par un organisme qui a les coudées franches, qui ne dépend pas du ministre lui-même », explique le président de l’Association médicale du Québec (AMQ), Dr Hugo Viens.

 

« Très souvent, les interventions du commissaire, véritable chien de garde du système de santé ont permis d’identifier des problèmes concrets et ont contribué à améliorer les choses. C’est un contre-pouvoir très important », renchérit le vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jean Lacharité.

 

« C’est aussi un forum qui permet à tous les acteurs de s’exprimer sur l’état du réseau pour l’améliorer en dehors du carcan partisan. On nous promet que le rôle du commissaire continuera d’être assumé par des organismes à l’intérieur même du ministère. Nous n’y croyons pas », ajoute le président de l’Alliance des patients pour la santé (APS), Jérôme Di Giovanni.

 

Le 23 octobre, l’APS, l’AMQ, la CSN et l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux (ACSSSS) présentaient 15 solutions pour redresser le système de santé. « Nous pensons que la gouvernance du réseau ne va pas dans le bon sens actuellement. Nous croyons qu’il faut renforcer les mécanismes de participation et de consultation de la population, réviser le partage des pouvoirs au sein des mégastructures et les dépolitiser. Quant à la fonction de Commissaire à la santé et au bien-être, relevant non pas du gouvernement, mais de l’Assemblée nationale, elle demeure essentielle à nos yeux », conclut la présidente de l’ACSSSS, Carole Trempe.»

-/-/-/-/-/-/-

 

Autres articles du mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017

mardi 05 décembre 2017