Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Secteur public : négociations

Les syndicats sont choqués par des offres patronales

Paru le | Catégorie: Bon à savoir/En rafale

(LCP) L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux annonce avoir déposé une série de mesures précises pour améliorer les conditions de travail et favoriser l'attraction et la rétention de la main-d'œuvre dans le réseau, mais le gouvernement s'est contenté d'offres sectorielles vagues et ambiguës, remplies d'intentions douteuses, qui retardent encore la mise en place de solutions pour régler la crise grave qui secoue le système public de santé et de services sociaux, déplore le syndicat.

 

Occasion manquée

La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) se désole des propositions patronales de négociation sectorielle qu'elle qualifie de vagues et incomplètes et déplore une « occasion manquée ». De meilleures offres permettraient au gouvernement de devenir un employeur concurrentiel.

 

« Ce que le gouvernement veut, c'est de retirer certains bénéfices acquis et certains éléments des ententes locales que les travailleuses et travailleurs ont depuis plus de 30 ans », dénonce le président Éric Pronovost. « L'équipe de François Legault propose aussi un recul inacceptable sur les droits des salariés, même sur ceux négociés depuis longtemps », souligne-t-il.

 

Peu de solutions concrètes

Au Conseil provincial des affaires sociales du Syndicat canadien de la fonction publique (CPAS-SCFP) on se dit surpris de trouver bien peu de solutions concrètes pour s'attaquer au manque de main-d'œuvre, qui a de graves conséquences sur l'accessibilité et la qualité des services à la population.

 

Le CPAS s'attendait à des mesures pour améliorer la santé-sécurité au travail dans le réseau, alors que de 2014 à 2018, le nombre d'heures d'absence des employés pour raisons de santé a bondi de 34 %. Aussi, l'on s'inquiète des passages des offres qui parlent d'augmenter la latitude des gestionnaires et de la flexibilité de la main-d'œuvre.

 

FSE-CSQ: « très fâché »

Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ, se dit très fâchée. Elle reproche au gouvernement d'en mettre plus sur le dos des enseignants: plus de temps de présence à l'école, allongement de la journée de travail, augmentation de la tâche assignée, obligation de disponibilité pour répondre aux besoins, ajout de motifs de dépassement du nombre d'élèves par groupe, abolition de la pondération à priori pour les élèves en difficulté intégrés en classe ordinaire; révision des règles de formation de groupes au premier cycle du secondaire; prévision de travail la fin de semaine pour la formation professionnelle et l'éducation des adultes.

-30-

Autres articles du mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019

mercredi 18 décembre 2019