(LCP) Afin de favoriser la qualité des ouvrages et de réduire les risques de collusion associés à la réalisation de plusieurs grands projets, l'Ordre des ingénieurs fait plusieurs recommandations dans le mémoire qu'elle a déposé à la Commission des finances publiques.

 

Entre autres, sa présidente, Kathy Baig, suggère que des moyens concrets soient mis en œuvre pour étendre à l'ensemble des contrats et sous-contrats publics les pouvoirs confiés par le projet de loi à l'Autorité des marchés publics.

 

Aussi, les lanceurs d'alertes devraient être protégés adéquatement, notamment les personnes qui transmettraient des informations à l'AMP. Il faudrait doter les organismes publics d'une expertise interne suffisante pour assurer la bonne gestion des contrats dans un contexte d'accélération des projets.

 

L'Ordre est aussi de ceux qui demandent de revoir le mode d'adjudication des contrats pour délaisser la règle du plus bas soumissionnaire au profit d'une approche basée sur des critères multiples et une pondération adéquate de ces critères. Enfin, on devrait maximiser la participation potentielle de soumissionnaires.

-30-