(LCP) Les libéraux s’interrogent sur la hausse de tarif des services du Centre de conservation du Québec pour les organismes communautaires à but non lucratif privés.

 

Ce centre « offre des services tarifés en restauration d’objets ou d’œuvres d’art ainsi que des services d’expertise en matière de conservation préventive, de formation et de documentation », explique la députée Isabelle Melançon.

 

« Ces services tarifés prévoient notamment un tarif de 76 $ par heure pour les organismes à but non lucratif privés, comme les organismes communautaires, les sociétés d’histoire et les centres d’archives privés. Ce tarif est en hausse de 5,5 % par rapport à la tarification précédente qui était de 72 $ par heure », constate l’élue.

 

Rattrapage sur cinq ans

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, signale que cette partie de la clientèle, contrairement aux entreprises privées, voit une portion de leurs services subventionnée par le ministère.

 

Par ailleurs, un mécanisme d’indexation a été mis en place en 2014 pour « rattraper progressivement un tarif se rapprochant du marché actuel », et ce, sur une période de cinq ans, « le temps de permettre à la clientèle touchée de s’ajuster à la modification tarifaire ».

 

Ainsi, explique Nathalie Roy, ces augmentations sont prévues jusqu’en 2019-2020, année financière en cours. « Elles auront alors rattrapé le niveau préalablement établi par les gouvernements précédents et augmenteront ensuite à chaque début d’année financière au taux d’inflation », affirme la ministre.

 

Elle souligne aussi que « dans le but de maintenir des tarifs réduits pour certaines clientèles ayant la responsabilité de biens patrimoniaux, mais disposant de peu de moyens financiers pour en assurer la conservation et la restauration, une augmentation moins importante a été établie pour les organismes à but non lucratif privés (organismes communautaires, société d’histoire, fabriques de paroisses, etc.) et publics (municipalités, établissements d’enseignement publics, etc.) ».

-30-