Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Crise du coronavirus

L’opposition veut faire partie de la solution

Paru le | Catégorie: Affaires parlementaires LAG

(LCP) Au cœur de la tempête virale qui s’abat sur le Québec, l’opposition officielle d’ordinaire incisive à l’égard du gouvernement Legault a temporairement remisé le glaive au profit du rameau d’olivier. Son chef a choisi de faire partie de la solution, non pas du problème.

 

Depuis le début de la crise sanitaire, l’élu libéral Pierre Arcand utilise son poste de vis-à-vis du premier ministre François Legault pour y aller de suggestions au gouvernement.

 

Ainsi, il a prévenu le cabinet de la ministre de la Santé et des Services sociaux qu’en cas de pénurie de médicaments, elle pourra compter sur une firme qui se situe dans sa circonscription électorale de Mont-Royal-Outremont.

 

Il s’agit de Pharmascience qu’il qualifie du « plus grand fabricant de médicaments en sol québécois qui est originaire du Québec. On a parlé au bureau de Mme McCann pour s’assurer que s’il manque des médicaments, ils sont prêts à ouvrir la machine de façon très importante pour fabriquer les médicaments qui seraient utiles pour lutter contre pandémie actuelle », dit le chef de l’opposition officielle au Courrier parlementaire©.

 

« On essaie aussi d’être créatif au niveau de certaines suggestions. Pour vous donner un exemple, j’ai deux hôpitaux importants : j’ai Sainte-Justine qui est dans mon comté et j’ai un hôpital qui s’appelle St.Mary qui sont à côté de deux collèges qui actuellement ne sont pas en opération. Nous, on a suggéré au CIUSSS de donner le stationnement gratuit pour les employés de la santé », explique Pierre Arcand.

 

Quant à la gestion de la crise, « c’est sûr que le gouvernement dans l’ensemble a réagi correctement, sur le départ. Je pense qu’ils prennent ça très au sérieux. Ils font bien de le faire d’une part, mais c’est toujours la même chose. Ces événements, c’est une foule de détails. Le diable, comme on dit, est souvent dans les détails et notre rôle est de trouver des solutions, » dit-il.

 

Par exemple, « il y a des PME qui nous demandent d’avoir de plus petits prêts tout de suite. Alors, on a dit au gouvernement : vous devriez peut-être regarder ça parce qu’il y a des gens qui ont vraiment besoin d’aide à ce niveau. Il y a des choses comme cela que l’on suggère et que l’on va continuer à suggérer au gouvernement à ce stade-ci ».

 

Quant aux services essentiels, « certains enjeux nous sont rapportés ». Par exemple : « les notaires: on fait quoi? Est-ce qu’on abolit toutes les transactions immobilières au Québec est-ce que c’est fermé », interroge Pierre Arcand.

-30-

Autres articles du jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

jeudi 26 mars 2020