Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Le président de l'Assemblée nationale

Demander de l’aide quand on est contraint à la neutralité?

Paru le | Catégorie: Affaires parlementaires LAG

(LCP) Le président de l’Assemblée nationale est contraint à la neutralité. En temps normal, François Paradis ne peut même pas participer aux réunions du caucus de la Coalition avenir Québec sous la bannière de laquelle il a pourtant été élu. Il n’en est pas moins le député de Lévis et il doit lui aussi déployer des efforts pour répondre aux besoins des commettants de sa circonscription électorale.

 

« J’ai quand même un grand avantage d’avoir des contacts faciles », indique François Paradis. « Je vous disais que le rôle du président est d’être constamment en contact avec tous ceux qui représentent la population à l’Assemblée nationale vous comprendrez que j’ai des entrées ou je suis en mesure de parler aux porte-paroles des partis politiques quotidiennement. Alors, les besoins qu’eux expriment les besoins que j’exprime que mes équipes de circonscription expriment, ils suivent le même canal. J’ai le grand avantage de pouvoir avoir des voies de transmission qui sont extrêmement efficaces », explique le président.

 

« Faut comprendre que les 125 députés reçoivent toujours la même information en même temps, en temps de crise. Alors, c’est un peu comme les citoyens. Aussi, tous les jours je suis à l’écoute. Le lot d’informations est partagé entre l’Assemblée, le gouvernement, les partis politiques, les besoins exprimés », dit-il en entrevue avec Le Courrier parlementaire©.

 

« J’ai rarement vu moi autant de communications pour faire en sorte qu’on puisse savoir clairement comment agir et comment réagir. Je pense que le but de l’exercice qu’on s’est donné, en tout cas, la présidence et avec toute l’équipe de l’Assemblée nationale, c’est d’être proactifs dans l’action, d’essayer de devancer un peu, deviner, faciliter dans la circonscription, dans les besoins exprimés au quotidien. Mes équipes aussi sur le terrain sont en étroite collaboration avec les différents ministres au gouvernement. »

 

La Ville de Lévis compte pour une bonne partie de la circonscription de Lévis. « Les contacts avec la ville également au quotidien avec les organismes de développement sont quotidiens. C’est une période assez spéciale parce que jamais on ne se sera autant parlé ou même si on le fait dans un contexte différent, on change nos habitudes, mais c’est d’abord de servir ceux et celles qui nous font confiance je le fais comme député, je le fais comme président et je salue les collègues, tous partis confondus, de faire en sorte que devant les craintes et les angoisses, les succès et l’efficacité sont égaux partout à travers la province. On doit être des facilitateurs auprès de nos citoyens auprès de ceux et celles qui mettent l’épaule à la roue », conclut François Paradis.

-30-

Autres articles du mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020

mercredi 08 avril 2020