(LCP) La mise en application cet automne de deux récréations d'au moins 20 minutes par jour pour tous les élèves du primaire « ça se passe très bien », soutient le sous-ministre du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Eric Blackburn.

 

Cependant, « il y a quelques écoles ou quelques commissions scolaires où ça a été plus difficile parce que, dans l'organisation du travail, il y avait des éléments de conventions collectives, parfois, qui venaient compromettre la réorganisation à l'interne », admet-il.

 

« Maintenant, pour ces quelques commissions scolaires là, il y a eu, je vais le dire comme ça, des accommodements qui ont été mis en place pour une période transitoire, mais qui devraient être régularisés pour la prochaine année. Mais je vous dirais que, pour l'ensemble des commissions scolaires, il y a eu la mise en place de ces récréations-là », confirme le sous-ministre.

 

Ce dernier répondait aux interrogations du député caquiste Mathieu Lévesque qui voulait savoir comment ça se passait dans les écoles. « On sait que ça avait créé toute une commotion, là, le fait d'ajouter une deuxième récréation. Normalement, ça tomberait sous le sens qu'on permette, dans le fond, aux enfants de pouvoir aller jouer à l'extérieur, de pouvoir, dans le fond, prendre du temps pour, dans le fond, se reposer et profiter également avec leurs amis », a-t-il commenté en commission parlementaire.

 

« Nos écoles bougent beaucoup plus qu'elles bougeaient », de l’avis du sous-ministre. « Depuis plusieurs années, il y a déjà tellement d'autres programmes où l'activité physique a été instaurée, les cubes énergie, l'ensemble des activités initiées par Pierre Lavoie, entre autres, avec Le Grand Défi et ses activités connexes. »

-30-