Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Message AU gouv.NE PAS UTILISER
Deux ministres

Deux approches fort différentes

Paru le | Catégorie: Message AU gouv.NE PAS UTILISER
||
|

Les ministres Sébastien Proulx et François Blais préconisent une approche diamétralement opposée à l’égard des jeunes. D’un côté, M. Proulx joue la carte de la tolérance et de l’ouverture envers les jeunes qui quitteraient l’école avant 18 ans. De l’autre, M. Blais maintient la ligne dure avec les jeunes qui refuseraient de participer au programme Objectif emploi prévu dans le projet de loi 70. Le Collectif pour un Québec sans pauvreté croit que le premier devrait impérativement expliquer quelques faits au deuxième.

 

« Nous ne comprenons pas l’approche différente que fait valoir le gouvernement dans ces deux dossiers pourtant semblables. Faut-il comprendre que, pour le gouvernement, il y aurait de bons jeunes et de mauvais jeunes? Il est clair que le ministre Blais est de plus en plus isolé sur la question des obligations et des pénalités. Celles-ci ne fonctionnent tout simplement pas, et M. Blais est le seul à prétendre le contraire », s’indigne Serge Petitclerc, porte-parole du Collectif.

 

En effet, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, affirmait lundi, au sujet de l’idée de rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans, qu’il n’envisageait pas d’imposer des amendes ou des pénalités aux jeunes qui la quitteraient avant cela : « Je n’en suis pas là. Je n’ai pas entendu au Québec que les gens valorisaient un modèle comme ça. La pénalité, la stigmatisation (...) pour moi, ce n’est pas l’avenue à prendre » (Daphnée Dion-Viens, Journal de Québec, 16 mai 2016).

 

Pourtant, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, répète sur toutes les tribunes, depuis des mois, qu’il faut serrer la vis aux jeunes et sortir le bâton pour les forcer à se trouver un emploi et à quitter l’aide sociale. Rappelons que le projet de loi 70, qu’il défend présentement en commission parlementaire, prévoit notamment l’obligation pour les premiers demandeurs de participer au programme Objectif emploi sous peine de sévères pénalités financières.

 

« En réalité, et le ministre Blais le sait fort bien, l’approche punitive n’est pas constructive. Le ministre Proulx semble l’avoir compris. Pénaliser financièrement des jeunes qui vivent avec un revenu nettement insuffisant, c’est tout simplement absurde. Pourquoi donc François Blais persiste-t-il dans son aveuglement? » de conclure M. Petitclerc.

-/-/-/-/-/-

À lire aussi dans Message AU gouv.NE PAS UTILISER